Mort d’Elizabeth II : qui lui succédera au trône ?

Le Royaume-Uni est en deuil depuis le 8 septembre 2022, à l’annonce de la mort de la reine Elizabeth II. Le pays britannique tout entier est secoué, malgré l’âge avancé de la Reine, qui ne s’est pas préparé à cette éventualité. La reine Elizabeth II a accompli diverses missions au cours de son règne ; et ce, durant toute sa vie. Elle a su concilier sa vie de famille, notamment ses 3 fils et sa fille qui sont le prince Charles III, le prince Andrew d’York, le prince Edward qui est le comte d’Essex et sa fille, la princesse Anne avec son devoir royal au sein du royaume britannique. Et pour maintenir la couronne, un ordre bien précis de succession a été établi. À l’annonce de la mort de la reine Elizabeth II, les yeux du monde entier se sont tournés vers une seule personne : son successeur. Aussi, faisons un point sur cette succession au trône de la reine Elizabeth II.

La reine Elizabeth II et la succession au trône de l’Angleterre

La succession au trône du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et de l’Irlande du Nord est régie par l’Acte d’établissement 1701. Cet acte statue sur l’ordre de succession royale, tout en priorisant les membres de la famille royale qui sont protestants. En 2011, la reine Elizabeth II avec quelques pays membres du Commonwealth priorise la primogéniture de la descendance royale. En d’autres termes, l’ordre de succession au trône britannique après la mort du souverain dont l’actuelle est la reine Elizabeth II se résume comme suit : le fils légitime du monarque succède au trône après la mort de la reine Elizabeth II et les descendants du fils légitime du monarque viennent ensuite.

La règle de succession fait passer le premier né donc le fils ou la fille du souverain du royaume de la Grande-Bretagne au premier rang des successeurs. Cette réforme a été mise en vigueur quelques années après que la reine Elizabeth II et quelques membres des pays du Commonwealth l’ont suggéré. Cette réforme se résume en ces quelques mots :

  • Le premier-né succède au trône, sans distinction, que ce soit un fils ou une fille ;
  • Un successeur potentiel marié à une personne catholique peut accéder au trône du Royaume-Uni.
À lire également :  Bateau avec skipper à Argelès-sur-Mer : que faut-il y visiter ?

La reine Elizabeth II et son successeur

Selon la loi britannique, suivant la convention établie, le successeur de la reine Elizabeth II sera donc le prince Charles, son premier enfant légitime.

Reine Elisabeth et Charles

Roi Charles III : ce qu’il faut connaître sur lui

Le roi Charles III est venu au monde le 14 novembre 1948, dans le palais de Buckingham à Londres. C’est le fils aîné du duc d’Edimbourg et de la reine Elizabeth II. En prenant référence sur les lois de succession britanniques, le prince Charles, anciennement le prince de Galles, succéderait la reine Elizabeth II. Cette dernière étant montée sur le trône en 1953.

Ce titre de prince de Galles est attribué traditionnellement au premier-né d’un monarque ou sinon de son petit-fils. Une fois que le prince Charles III accédera au trône et deviendra roi du Royaume-Uni, c’est au prince William le fils du prince Charles III que reviendra le titre de prince de Galles.

Au lendemain de la nouvelle sur la mort de la reine Elizabeth II, le 8 septembre 2022, le prince Charles III est couronné roi du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et de l’Irlande du Nord. Le roi Charles III est également le chef d’une cinquantaine de pays membres du Commonwealth, tout en étant le chef de l’église d’Angleterre. Cependant, la cérémonie officielle pour le couronnement du roi Charles III ne se fera qu’après quelque temps. C’est le cas du couronnement de la reine Elizabeth II qui ne s’était faite qu’en 1953 (mois de juin), soit presque qu’un an après la mort du roi Georges VI (février 1952). Âgé aujourd’hui de 73 ans, le roi Charles III reprendra de suite la place de la reine Elizabeth II.

Roi Charles III : engagements

À la suite de l’annonce de sa succession, le roi Charles III avait réitéré le même engagement que la reine Elizabeth II : le dévouement au peuple britannique durant son règne. En effet, les engagements du roi Charles III ne diffèrent en rien à ceux de sa mère et Reine. De son vivant, la reine Elizabeth incarnait l’unité, et le respect de la tradition tout en restant ouverte au progrès. Un état d’esprit que les royaumes du Commonwealth tenaient tant à faire briller et transmettre aux yeux du monde.

À lire également :  Chasse au canard : devenez un pro !

C’est pourquoi la première entité ayant présenté ses condoléances était la Première ministre Liz Truss. Le président français, Emmanuel Macron quant à lui, a laissé un dernier hommage à la reine Elizabeth II dans le registre de l’ambassade de l’Angleterre.

Pour sa part, le roi Charles III a reçu différentes formes de témoignages de condoléances venant de nombreuses personnalités politiques provenant des 4 coins du monde. Arrivé à Balmoral, le roi Charles III est venu saluer les personnes qui se tenaient devant le palais pour rendre leur hommage à la reine Elizabeth II et apporter leur soutien à la famille royale.

Dans la succession à la reine Elizabeth II, le prince Charles III est le premier dans l’ordre de succession, suivi de son fils le prince William, récemment désigné prince de Galles. Puis, la succession revient au prince George, le fils du prince William et de Kate Middelton. Le duc de Sussex ou le prince Harry arrive après la princesse Charlotte (fille du prince William et de Kate Middelton) et du prince Louis (fils du prince William).

Depuis l’annonce de la mort de la reine Elizabeth II, toute la France pleure cette grande icône de la royauté britannique.

Amandine Carpentier
Les derniers articles par Amandine Carpentier (tout voir)

Partages :